J’ai lu cinq autres romans sur l’art

 

Il s’agit de la deuxième série de romans de cette série avec un sujet d’art. J’ai commencé par spéculer sur les raisons pour lesquelles j’avais lu tant de fictions récentes mettant en vedette des artistes, spéculant sur une tendance éditoriale vies intéressantes, offrant un terrain fertile pour les romanciers. Quoi qu’il en soit, voici cinq autres romans liés à l’art que j’ai lus, dont quatre ont des liens vers des critiques sur ce blog.

Mr Mac and Me, d’Esther Freud, parle de deux peintres, Charles Rennie Mackintosh et sa femme Margaret, qui ont passé 1914 à Walberswick sur la côte du Suffolk. L’histoire est racontée à travers les yeux de Thomas, treize ans, avec qui les Mackintosh forment un lien. Mackintosh et sa femme sont dans la communauté depuis un certain temps, mais lorsque la loi sur la défense du royaume entre en vigueur, des murmures de méfiance se font entendre. M. Mac, comme Thomas l’appelle, est une figure bizarre marchant dans sa cape noire, des jumelles à la main, regardant la mer et parlant avec cet accent étrange. Lorsque Thomas tombe sur un de leurs livres d’art avec des références en allemand, il s’inquiète. Alors que Thomas marche parmi les images, les sons et les odeurs d’une journée d’été, croyant à peine que le massacre a lieu à quelques pas de là, Freud évoque magistralement la campagne du Suffolk et le travail des Mackintosh est dépeint avec amour.

The Narrow Land de Christine Dwyer Hickey parle également d’un mariage entre deux artistes, l’un acclamé et l’autre non, et le petit enfant avec lequel ils se lient d’amitié. L’été 1950 a été l’un des nombreux qu’Edward Hopper a passés à Cape Cod avec sa femme, Joséphine, mais cette année, un orphelin allemand traumatisé par la guerre a rejoint ses voisins. Jo Hopper est amoureuse de son mari mais envieuse de l’attention qu’il reçoit. Malgré ses protestations selon lesquelles elle est aussi une artiste, son travail est négligé et ses tentatives d’organiser une exposition sont vaines. Sa bravade de guêpe lui a valu une réputation, mais elle aspire à être appréciée. Michael, dix ans, passe une grande partie de son temps seul jusqu’à ce qu’il rencontre Jo, avec qui il tisse un lien inattendu. C’est un roman agréablement nuancé, écrit dans le style calme mais précis de Hickey, discret et souvent impressionniste de manière appropriée.

The Hiding Game de Naomi Wood débute en 1922 avec l’accueil de six étudiants du Bauhaus devenus inséparables. Paul obtient du travail en peignant des peintures extravagantes et fleuries pour de riches Américains, désireux d’affirmer son image de couverture financière pour The Hiding Gameindependence de Naomi Wood. Lorsque Jenö est traduit devant un tribunal après un incident choquant, Walter rejoint Paul, déterminé à acquérir l’argent nécessaire pour payer l’homme que Jenö a battu. Walter est tombé amoureux de Jenö aussi profondément que Paul l’a été de Charlotte, un amour qui mène à une succession d’horribles trahisons. Pendant ce temps, les chemises brunes, qui voient le Bauhaus comme un symbole de tout ce qu’ils détestent et redoutent, commencent leur marche implacable vers le pouvoir. La recherche rigoureuse de Wood est doucement tissée tout au long de son histoire fascinante, y compris des membres éminents du Bauhaus dont les œuvres sont racontées avec une clarté parfaite. C’est une œuvre de fiction si puissante, pleine de trahison, d’envie et d’une sorte d’amour tordu, une tragédie dans laquelle les horreurs de l’Allemagne nazie prennent vie.

The Jewel, ostensiblement le récit d’un vol d’art, examine une variété de questions à travers les trois personnages principaux du vol : le voleur, l’historien de l’art chargé de montrer l’objet et le spécialiste appelé pour aider à l’enquête. Le bijou est la plus belle œuvre d’Emily Sandborne, peinte sur du lin irlandais par une artiste autrefois obscure du XIXe siècle et enveloppée dans son cercueil à sa guise après son suicide, puis exhumée plus tard. A la veille de sa réouverture, ce prix a été volé à la National Gallery irlandaise restaurée. Roisin a grandi dans l’Irlande rurale, échappant aux bavardages et au jugement pour étudier l’histoire de l’art à Londres, et Ward travaille pour une agence chargée d’aider la police à résoudre le vol d’art. John est un peintre et un contrefacteur et voleur avoué, Roisin a grandi dans l’Irlande rurale, échappant aux bavardages et au jugement pour étudier l’histoire de l’art à Londres, et Ward travaille pour une agence chargée d’aider la police à résoudre le vol d’art La disparition de Sandborne’s chef-d’œuvre rassemble ces trois éléments, chacun avec une histoire complexe à raconter. En conséquence, le travail a une texture riche et une distribution de personnages bien observés.

Heather Rose a créé l’image de couverture pour The Museum of Modern Love.

Le Museum of Modern Love de Heather Rose met en vedette l’artiste de performance Marina Abramovi, qui recrée la vie de nombreuses personnes qui se sont assises avec elle pendant sa résidence de 75 jours au Museum of Modern Art de New York. Pour L’art est présent, Abramovi était assis dans le même siège que les membres du public qui avaient fait la queue pour l’événement, dont beaucoup avaient dormi à l’extérieur de la galerie pendant la nuit. L’histoire de Rose se penche sur eux…

The Echo Chamber de John Boyne; « Annuler les Cleverley »

 

The Echo Chamber de John Boyne a une image de couverture.

Il m’a fallu un certain temps pour me mettre à lire un roman de John Boyne, car il écrit des morceaux plutôt que les romans maigres que je préfère. J’ai lu A Ladder to the Sky pendant mes vacances au Portugal, puis j’ai lu et apprécié The Heart’s Invisible Furies. Les Cleverley, rendus célèbres par le trésor national autoproclamé George Cleverley, sont suivis par The Echo Chamber pendant cinq jours alors qu’ils sont plongés dans une frénésie de médias sociaux.

Car, ironiquement, tout est acceptable et rien n’est acceptable sur les réseaux sociaux.

Beverley et George sont mariés depuis longtemps. Tous deux réussissent dans la carrière qu’ils ont choisie – lui en tant qu’animateur de chat, elle en tant que romancière – et tous deux ont commis leur premier acte d’infidélité. Ils ont trois enfants qui vivent tous à la maison avec eux. Nelson est un enseignant qui continue d’être intimidé par un ancien camarade de classe qui est maintenant un collègue de leur ancienne école. Elizabeth passe beaucoup de temps sur les réseaux sociaux, partageant des activités philanthropiques dont elle sait qu’elle lui vaudra beaucoup de likes. Achille est toujours à l’école, et il utilise sa beauté pour attirer les hommes à la recherche de garçons, puis les faire chanter. Lundi commence par le premier des nombreux coups qui s’abattra sur les Cleverley au cours des cinq prochains jours, lorsque l’amant de George l’informe qu’elle attend un enfant, et Beverley l’informe qu’il part pour l’enterrement de son père en Ukraine, lui confiant le prendre soin de sa tortue de compagnie. Nelson a ses problèmes typiques à l’école, Elizabeth s’inquiète de sa présence sur Twitter, crachant du venin de son nouveau compte @TruthIsASword, et Achille a une nouvelle cible en tête, un veuf dans la cinquantaine à la recherche d’un argent rapide. À cause du choix de pronoms de George, l’enfer se déchaîne sur les réseaux sociaux lorsqu’il félicite la réceptionniste de son agent d’être passé d’Aidan à Nadia. Chacun des Cleverley a eu une expérience proche de la loi à la fin de la semaine de travail, et leur vie a été révolutionnée.

Pourquoi le nieriez-vous ? Ce sera partout sur Internet maintenant, donc vrai ou faux, ce sera simplement accepté comme réalité.

C’est le troisième roman sur les réseaux sociaux que je lis cette année. Fake Accounts de Lauren Oyler et No One is Talking About This de Patricia Lockwood, tous deux sélectionnés pour le Women’s Prize, ont abordé le problème, ce dernier avec plus de succès que le premier à mon avis. Boyne’s est le premier de ces trois à utiliser habilement l’humour dans une satire burlesque qui se moque de l’indignation moralisatrice vomie sur les réseaux sociaux tout en délivrant un message sérieux sur le mal qu’il fait. Boyne s’amuse beaucoup avec ses personnages tout en se moquant de toutes les facettes de la vie moderne, des modes hipster à la signalisation de la vertu, de la célébrité au droit, mais les médias sociaux et leur effet omniprésent sont sa cible principale. Malgré ses 432 pages, j’ai survolé ce roman vivant, souvent cinglant, dont l’épilogue satisfaisant trouve les cinq Cleverley en vacances dans une péninsule écossaise reculée, loin, très loin du WiFi.…

RSS
Follow by Email