J’ai lu cinq autres romans sur l’art

 

Il s’agit de la deuxième série de romans de cette série avec un sujet d’art. J’ai commencé par spéculer sur les raisons pour lesquelles j’avais lu tant de fictions récentes mettant en vedette des artistes, spéculant sur une tendance éditoriale vies intéressantes, offrant un terrain fertile pour les romanciers. Quoi qu’il en soit, voici cinq autres romans liés à l’art que j’ai lus, dont quatre ont des liens vers des critiques sur ce blog.

Mr Mac and Me, d’Esther Freud, parle de deux peintres, Charles Rennie Mackintosh et sa femme Margaret, qui ont passé 1914 à Walberswick sur la côte du Suffolk. L’histoire est racontée à travers les yeux de Thomas, treize ans, avec qui les Mackintosh forment un lien. Mackintosh et sa femme sont dans la communauté depuis un certain temps, mais lorsque la loi sur la défense du royaume entre en vigueur, des murmures de méfiance se font entendre. M. Mac, comme Thomas l’appelle, est une figure bizarre marchant dans sa cape noire, des jumelles à la main, regardant la mer et parlant avec cet accent étrange. Lorsque Thomas tombe sur un de leurs livres d’art avec des références en allemand, il s’inquiète. Alors que Thomas marche parmi les images, les sons et les odeurs d’une journée d’été, croyant à peine que le massacre a lieu à quelques pas de là, Freud évoque magistralement la campagne du Suffolk et le travail des Mackintosh est dépeint avec amour.

The Narrow Land de Christine Dwyer Hickey parle également d’un mariage entre deux artistes, l’un acclamé et l’autre non, et le petit enfant avec lequel ils se lient d’amitié. L’été 1950 a été l’un des nombreux qu’Edward Hopper a passés à Cape Cod avec sa femme, Joséphine, mais cette année, un orphelin allemand traumatisé par la guerre a rejoint ses voisins. Jo Hopper est amoureuse de son mari mais envieuse de l’attention qu’il reçoit. Malgré ses protestations selon lesquelles elle est aussi une artiste, son travail est négligé et ses tentatives d’organiser une exposition sont vaines. Sa bravade de guêpe lui a valu une réputation, mais elle aspire à être appréciée. Michael, dix ans, passe une grande partie de son temps seul jusqu’à ce qu’il rencontre Jo, avec qui il tisse un lien inattendu. C’est un roman agréablement nuancé, écrit dans le style calme mais précis de Hickey, discret et souvent impressionniste de manière appropriée.

The Hiding Game de Naomi Wood débute en 1922 avec l’accueil de six étudiants du Bauhaus devenus inséparables. Paul obtient du travail en peignant des peintures extravagantes et fleuries pour de riches Américains, désireux d’affirmer son image de couverture financière pour The Hiding Gameindependence de Naomi Wood. Lorsque Jenö est traduit devant un tribunal après un incident choquant, Walter rejoint Paul, déterminé à acquérir l’argent nécessaire pour payer l’homme que Jenö a battu. Walter est tombé amoureux de Jenö aussi profondément que Paul l’a été de Charlotte, un amour qui mène à une succession d’horribles trahisons. Pendant ce temps, les chemises brunes, qui voient le Bauhaus comme un symbole de tout ce qu’ils détestent et redoutent, commencent leur marche implacable vers le pouvoir. La recherche rigoureuse de Wood est doucement tissée tout au long de son histoire fascinante, y compris des membres éminents du Bauhaus dont les œuvres sont racontées avec une clarté parfaite. C’est une œuvre de fiction si puissante, pleine de trahison, d’envie et d’une sorte d’amour tordu, une tragédie dans laquelle les horreurs de l’Allemagne nazie prennent vie.

The Jewel, ostensiblement le récit d’un vol d’art, examine une variété de questions à travers les trois personnages principaux du vol : le voleur, l’historien de l’art chargé de montrer l’objet et le spécialiste appelé pour aider à l’enquête. Le bijou est la plus belle œuvre d’Emily Sandborne, peinte sur du lin irlandais par une artiste autrefois obscure du XIXe siècle et enveloppée dans son cercueil à sa guise après son suicide, puis exhumée plus tard. A la veille de sa réouverture, ce prix a été volé à la National Gallery irlandaise restaurée. Roisin a grandi dans l’Irlande rurale, échappant aux bavardages et au jugement pour étudier l’histoire de l’art à Londres, et Ward travaille pour une agence chargée d’aider la police à résoudre le vol d’art. John est un peintre et un contrefacteur et voleur avoué, Roisin a grandi dans l’Irlande rurale, échappant aux bavardages et au jugement pour étudier l’histoire de l’art à Londres, et Ward travaille pour une agence chargée d’aider la police à résoudre le vol d’art La disparition de Sandborne’s chef-d’œuvre rassemble ces trois éléments, chacun avec une histoire complexe à raconter. En conséquence, le travail a une texture riche et une distribution de personnages bien observés.

Heather Rose a créé l’image de couverture pour The Museum of Modern Love.

Le Museum of Modern Love de Heather Rose met en vedette l’artiste de performance Marina Abramovi, qui recrée la vie de nombreuses personnes qui se sont assises avec elle pendant sa résidence de 75 jours au Museum of Modern Art de New York. Pour L’art est présent, Abramovi était assis dans le même siège que les membres du public qui avaient fait la queue pour l’événement, dont beaucoup avaient dormi à l’extérieur de la galerie pendant la nuit. L’histoire de Rose se penche sur eux

RSS
Follow by Email